Il n’y a pas de mauvaise méthode

Il n’y a pas de mauvaise méthode

J’entends souvent des personnes s’excuser de ne faire de l’anglais qu’en regardant des séries en version originale ou en lisant des articles de magazines sur Internet, comme si c’était un crime et qu’il fallait les punir de s’adonner à ce genre de pratique… Qui a dit qu’il fallait parler l’anglais de Shakespeare ? D’ailleurs avez-vous seulement jamais entendu un Britannique utiliser cette langue ? Vous efforcez-vous vous-même de reprendre les termes de Molière ou de Rabelais quand vous vous exprimez en français ? Je ne crois pas trop m’avancer en supposant que non, à part lors de vos cours de théâtre le cas échéant. Décortiquons ensemble ces préjugés qui veulent qu’il y ait de bonnes et de mauvaises méthodes pour apprendre une langue.

Tout est utile

Vous souhaitez apprendre une langue ou vous améliorer dans celle que vous pratiquez un peu, et vous culpabilisez de ne pas vous y mettre « sérieusement », de simplement vous amuser avec des séries ou autres jeux vidéos ? Arrêtez tout de suite : vous êtes sur la bonne voie !

Contrairement à ce que vous avez peut-être en tête, vous progressez sans vous en rendre compte, en enregistrant des tournures et du vocabulaire spécifiques aux domaines qui visiblement vous passionnent. Pourquoi ne devriez-vous pas apprendre de cette façon ? Il n’y a pas de loi qui stipule que pour vous perfectionner dans une langue vous devez obligatoirement potasser un livre de grammaire et vous transformer en rat de bibliothèque des heures durant !

Rat de bibliothèque

Vous entendez peut-être des parents se plaindre de leurs enfants qui ne lisent pas… enfin… que des BD… Cela vous est également venu à l’esprit ? Et pourtant : lire une bande dessinée, c’est bien lire, et là encore il n’est pas interdit de se plonger dans ce type de livre, de quel droit devrait-on condamner quelqu’un qui se passionne pour les BD et qui lit peut-être bien plus souvent que quelqu’un qui se targue d’être plongé dans la collection Henri Troyat ? Faut-il absolument connaître tout Balzac, Flaubert ou encore Hugo pour s’autoriser à se déclarer lecteur ? Sans compter que laisser croire à quelqu’un que lire « ce qu’il ne faut pas » n’est pas bien va non seulement le faire culpabiliser et risquer de l’éloigner complètement de toute lecture mais il n’y a quasiment aucune chance que cela le mène à se tourner vers la soi-disant « bonne littérature ».

Se faire plaisir

N’oubliez pas que si vous voulez être efficace dans votre apprentissage, il va vous falloir être motivé, alors si vous n’avez aucun plaisir à apprendre votre nouvelle langue, vous allez certainement y passer beaucoup plus de temps pour peu de progrès, voire abandonner… Encore une fois, il n’y a aucune raison que votre apprentissage soit ennuyeux et rébarbatif. Cela n’aurait aucun sens.

Se faire plaisir

C’est comme dans votre métier, il y a des choses qui vous plaisent et d’autres moins, voire vous barbent complètement. Cependant, vous réalisez ces dernières parce qu’elles sont nécessaires certes mais aussi parce que vous savez qu’une fois faites vous pourrez passer à celles qui vous motivent. S’il n’y en a aucune, il est peut-être temps de changer de métier !

Lorsque vous apprenez une langue, c’est la même chose : il y a des aspects qui vous semblent plus ardus et moins plaisants, mais auxquels vous ne pouvez pas couper. Alors il faut vous trouver des astuces pour faire de cette formation un amusement, et rien de tel que d’y associer vos activités de loisir, quelles qu’elles soient, donc les séries, les romans policiers, les bandes dessinées, les jeux en ligne, le sport etc. Tout ce qui vous donnera envie de pratiquer votre nouvelle langue encore et encore !

Loisirs

Et puis il y a un autre avantage à procéder de cette façon, c’est que vous apprendrez des mots liés à vos centres d’intérêt, et donc très certainement utiles pour vous. En effet, avant de maîtriser le vocabulaire de l’ornithologie si vous n’y entendez rien, autant connaître sur le bout des doigts celui employé dans votre série préférée, pour pouvoir non seulement la suivre sans difficulté mais également pouvoir en parler avec des étrangers. Rien de tel pour progresser rapidement que de le faire avec les choses que l’on aime !

Quand vous aurez épuisé vos loisirs actuels en termes d’apprentissage linguistique, il vous sera plus facile d’aborder d’autres sujets, qui viendront sans doute au fur et à mesure de vos besoins et envies. Mais gardez à l’esprit que vous devez vous faire plaisir tout au long de votre formation et que tout ce qui vous permet de vous plonger dans la langue est bon à prendre, peu importe que vous aimiez décortiquer les ingrédients des emballages, ayez une passion pour le bricolage ou la culture des champignons ! Arrêtez de penser que ce n’est pas bien, foncez !

Dites-moi en commentaires quel loisir vous allez mettre à contribution dans votre apprentissage linguistique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.