Faut-il apprendre autre chose que l’anglais ?

Faut-il apprendre autre chose que l’anglais ?

Si l’anglais n’est pas la première langue au monde en termes de locuteurs natifs, cela reste néanmoins une des principales langues d’échange, que ce soit dans un contexte professionnel ou dans un cadre touristique. Par conséquent, on peut vite en venir à penser que connaître l’anglais est suffisant et qu’il n’est pas nécessaire de s’efforcer d’apprendre une autre langue étrangère.

Est-ce aussi simple que cela ? Peut-on vraiment tout faire avec l’anglais ? Essayons d’approfondir la question et d’y voir un peu plus clair : est-ce juste une idée reçue ou peut-on réellement faire de l’anglais une langue universelle et unique pour communiquer avec des étrangers ?

On se débrouille partout avec l’anglais

Une idée assez répandue est qu’en maîtrisant un minimum l’anglais vous vous débrouillerez partout. Difficile d’affirmer le contraire, et en même temps… Si vous sortez des sentiers battus vous risquez de rapidement être confronté à quelqu’un qui ne connaît pas un traître mot d’anglais. La vendeuse de cette petite boutique est-elle polyglotte ? Le conducteur du bus saura-t-il vous renseigner sur votre trajet dans la langue de Shakespeare ? Ce médecin peut-il vous expliquer de quoi vous souffrez en anglais ? Ce n’est pas garanti.

Pensez à votre entourage quotidien : tous vos interlocuteurs sont-ils capables de parler anglais s’ils sont face à un étranger qui ne connaît pas le français ? Certains sans doute parviendront à donner quelques informations basiques, mais beaucoup n’oseront même pas dire quoi que ce soit. Leur interlocuteur ne sera pas plus avancé, et n’aura plus qu’à essayer de se renseigner ailleurs…

Il n’y a pas qu’en France que vous le constaterez : tout le monde ne parle pas anglais, loin de là. Il y a certes des pays qui traditionnellement utilisent naturellement cette langue, comme lorsque vous allez en Scandinavie par exemple. Mais vous n’aurez pas cette facilité en Italie, au Panama ou dans un certain nombre de pays asiatiques.

Une meilleure approche professionnelle

Si vous travaillez en contact avec des locuteurs non francophones, l’anglais est sans doute la langue la plus évidente pour vos échanges. C’est généralement la langue partagée dans les réseaux d’affaires internationaux, celle qui est spontanément utilisée entre deux personnes de nationalités différentes. Doit-on pour autant s’en contenter ?

Avez-vous déjà constaté combien un interlocuteur apprécie que vous vous exprimiez dans sa propre langue, même pour dire seulement quelques mots ? Vous-même, vous trouvez sans doute agréable qu’un étranger fasse l’effort de parler français : n’êtes-vous pas alors dans de meilleures dispositions pour l’écouter que s’il vous abordait en anglais ?

Connaître ne serait-ce que quelques mots de la langue maternelle de votre interlocuteur facilite la première approche et vous rend d’emblée plus sympathique à ses yeux. Il sera sans doute même enclin à vous aider si vous débutez, et prendra plaisir à vous féliciter pour votre effort ou à vous aiguiller dans la construction de votre phrase. C’est un atout non négligeable pour entamer une future relation professionnelle.

Faut-il apprendre autre chose que l'anglais

Au-delà de ces premiers échanges, il est plus facile d’être précis dans ses propos lorsque l’on s’exprime dans sa langue maternelle : la palette de mots à disposition est plus étendue qu’en passant par une langue étrangère, même si l’on maîtrise bien cette dernière. Quand deux interlocuteurs utilisent l’anglais et que ce n’est la langue maternelle ni de l’un ni de l’autre la conversation s’en trouve appauvrie : il est plus difficile d’entrer dans des détails ou d’aller en profondeur dans un sujet particulier, car l’un comme l’autre sera tôt ou tard limité dans son vocabulaire. Permettre à l’un des deux d’utiliser sa langue maternelle enrichit automatiquement le niveau d’échanges puisque les ressources sont plus importantes. Même si le locuteur non natif a des soucis de compréhension, il pourra trouver une manière d’accéder à cette connaissance, aidé ou non de son partenaire, et grâce à sa langue maternelle et non une langue d’emprunt. Cela évite d’occulter des détails uniquement parce qu’on ne sait pas les exprimer en anglais.

Une langue, ce n’est pas que des mots

Un autre aspect auquel on ne pense pas toujours, c’est qu’une langue ne correspond pas simplement à un certain nombre de mots articulés entre eux grâce à la grammaire. Elle recouvre bien d’autres choses.

Ce n’est pas pour rien que l’on parle de langues vivantes. Elles évoluent en fonction de l’histoire des pays dans lesquels elles sont pratiquées, et développent des concepts qui sont parfois totalement intraduisibles dans une autre langue parce qu’ils sont indissociables de la culture linguistique qui va avec. Par exemple, le terme « corporate » anglais n’a pas d’équivalent en français, que des traductions bancales, tout comme « Stammtisch » en allemand. On est obligé de passer par des explications pour donner le sens de ces mots, ou d’adopter une traduction qui ne recouvrira qu’en partie le concept original.

Aussi, apprendre une langue étrangère, c’est s’ouvrir à tout un univers qui n’est pas accessible lorsque l’on se cantonne à un environnement monolingue. Les polyglottes sont reconnus pour leur ouverture d’esprit, parce qu’ils apprennent davantage que des langues, ils s’imprègnent de nouvelles cultures. Vous intéresser à la langue maternelle de votre interlocuteur vous permettra de mieux le comprendre, et pas uniquement par le biais des mots.

Au final, vous pouvez tout à fait vous contenter de l’anglais pour vos échanges internationaux, c’est d’ailleurs une première porte à ne pas négliger qui vous aidera partout dans le monde. Mais vous fermer à d’autres langues sous ce seul prétexte serait une erreur : vous avez tout à gagner à vous intéresser à d’autres langues. Commencez par celles qui vous sont les plus utiles : le pays où vous aimez particulièrement vous rendre, ou la langue utilisée par plusieurs de vos interlocuteurs professionnels. Chacune vous apportera une grande richesse.
Dites-moi dans les commentaires quelle langue vous allez tester prochainement pour élargir vos compétences linguistiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.