A quoi servent les déclinaisons

A quoi servent les déclinaisons

L’étude de la grammaire allemande vous amènera rapidement à vous confronter aux déclinaisons, élément linguistique qui diffère du français et auquel les francophones ne sont pas habitués. Elles sont cependant essentielles dans la pratique de l’allemand, et vous devrez les maîtriser pour pouvoir parler sans faute. Voyons ensemble pourquoi elles sont indispensables dans la construction des phrases allemandes.

Le principe

Vous rencontrerez trois types de déclinaisons, celles pour les pronoms personnels, celles pour les déterminants et celles pour les adjectifs. Le fonctionnement est cependant le même. Elles permettent de définir une terminaison pour le mot qui est décliné.

Si votre mot déclinable dépend du sujet de votre phrase, sa fin ne sera pas la même que s’il occupe une place de COD ou de complément du nom. Je sais, il va falloir réviser votre grammaire… française ! Reprenez les fonctions grammaticales et vous n’aurez pas de difficultés à appréhender les déclinaisons. Inutile de passer des semaines sur votre Bescherelle, reprenez simplement les fonctions principales d’une phrase et vous aurez tous les outils nécessaires.

La flexibilité

Changer la terminaison de certains mots pour en indiquer la fonction vous donnera une liberté dont vous ne disposez pas en français. L’usage des déclinaisons en allemand apporte en effet une flexibilité pour la construction des phrases.

Dans cette langue, il est généralement d’usage de commencer votre phrase par ce que vous souhaitez mettre en avant : rien ne vous oblige à débuter votre phrase par le sujet, ce qui est souvent la norme en français. Vous pouvez certes placer un complément de temps ou de lieu par exemple avant votre sujet mais c’est à peu près toute la latitude que vous aurez.

En allemand, étant donné que la terminaison vous indique la fonction de votre groupe de mots, peu importe où il est situé dans votre phrase, vous n’aurez aucun mal à savoir s’il s’agit du sujet ou d’un complément. Par conséquent, vous pouvez démarrer votre phrase par ce qui vous semble le plus important.

Choix du placement des mots

Par exemple, prenons la phrase « Cette voiture est à moi. » En français, à part à l’oral en utilisant un changement de ton ou en modifiant la phrase pour ajouter des mots, je ne peux pas signifier clairement ce que je souhaite mettre en avant. En allemand au contraire, si je considère que c’est le fait que cette voiture m’appartienne qui importe, j’ai parfaitement le droit de débuter ma phrase par « A moi », ce qui donnerait « A moi est cette voiture. » Cette tournure est évidemment impensable en français, mais tout à fait courante en allemand : « Mir gehört dieses Auto. » Grâce à la déclinaison, je sais qu’il s’agit de ma voiture, et cela ne crée aucun doute : ce n’est pas la voiture qui me possède !

Faites-en un jeu !

Les règles grammaticales font parfois peur, surtout quand elles recouvrent des notions qui diffèrent de sa langue maternelle. Mais plutôt que d’y aller à reculons et d’en avoir peur, amusez-vous avec !

Quand vous faites une phrase en allemand, ne commencez pas systématiquement par le sujet mais efforcez-vous de placer un complément devant pour vous habituer. Cela vous aidera à ne pas attaquer toujours par le même schéma, donc par un élément avec une terminaison de sujet, et vous travaillerez également le placement des mots de la phrase allemande, ce que nous aborderons dans un prochain article.

S'amuser avec le placement des mots

N’ayez pas peur, ce n’est pas bien grave de vous tromper et vous intégrerez rapidement le mécanisme si vous l’utilisez régulièrement. Dites-moi dans les commentaires quelles difficultés vous éprouvez dans la pratique des déclinaisons.

Cet article contient des liens d’affiliation

One Response

  1.  » à moi et cette voiture  » ça marche très bien.

    pourquoi on dit pas la vérité, l’allemand et le russe sont au fond des langues du moyen âge avec des fonctions inutiles.

    c’est comme une tour de pc ou tu peux allumer des néons rouges.

    bref de l’inutile qui prend la tête, je pense que ces langues sont voués à mourir, même les langues asiatiques ont pas l’air d’avoir de fonction aussi casse couille

    merci pour l’explication toutefois

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.